Vous méritez de connaître toute l’histoire

Parfois, même le gouvernement a besoin de contre-vérification des faits.

Notre objectif est de rétablir la vérité. Ces derniers mois, le ministre de la Santé, Mark Holland, n’a pas mâché ses mots sur ZONNIC. Voici nos commentaires sur les déclarations publiques du ministre. Nous espérons que ZONNIC aidera les Canadiens qui fument à arrêter et contribuera à réduire le taux de tabagisme à moins de cinq pour cent d’ici 2035.

Conférence de presse du 20 mars
(traduction libre)

Ministre Holland

« Permettez-moi tout d’abord de dire qu’en matière de sevrage, nous voulons de l’innovation. Nous voulons des produits qui permettent aux gens de se passer de la nicotine et du tabac. Nous savons que le tabagisme reste la première cause de mortalité évitable dans ce pays. Il est responsable d’un nombre incalculable de décès et de maladies. Ainsi, lorsqu’il s’agit d’innover dans le domaine du sevrage, je m’en réjouis et je souhaite que davantage d’actions soient prises. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. »

« L’industrie du tabac a une fois de plus utilisé une faille pour tenter de créer une innovation dans le domaine du sevrage tabagique. Son objectif est d’inciter les personnes à arrêter de fumer pour créer une toute nouvelle gamme qui rendra les enfants particulièrement dépendants à des produits mortels pour leur santé. »

« Nous ne devrions pas voir d’arômes qui ciblent les enfants, des arômes comme, par exemple, éclats de baies d’hiver ou fruit tropical, ou peu importe ce que ces entreprises mettent sur le marché. Nous ne sommes pas dupes. Nous savons quelle est l’intention et c’est terminé. Il est essentiel de mettre fin à ces arômes. Je cherche à obtenir ces autorisations immédiatement, et je tiens des conversations avec les provinces et les territoires afin de m’assurer que les seuls arômes qui existent sur le marché pour tous ces produits servent à promouvoir la désaccoutumance. »

« Deuxièmement, en ce qui concerne le marketing, je cherche à obtenir l’autorité nécessaire pour m’assurer que le marketing est conforme à l’intention approuvée du produit avant qu’il ne soit mis sur le marché. Je trouve répréhensible que l’industrie du tabac, après avoir obtenu l’autorisation de vendre un produit de sevrage, diffuse des publicités et des informations pour tenter de rendre les enfants dépendants à ces produits. »

« Je discute avec des professionnels de la santé bucco-dentaire alors que nous mettons en place un programme national de soins dentaires. Ce que j’entends lors de ces conversations, c’est que les jeunes, lorsqu’ils jouent au hockey ou au baseball ou font du sport, ont ces produits sous leur langue et qu’ils détruisent leur santé bucco-dentaire. Ça les expose à des risques de cancer et de toutes sortes de maladies. Il s’agit d’enfants qui n’avaient jamais été exposés au tabac ou à la nicotine. C’est tout à fait inacceptable. »

« Ce que nous avons vu avec le vapotage, toutes les maladies et les décès, nous ne pouvons pas permettre que cela se produise avec les sachets de nicotine. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise en abusant d’un canal, un canal légitime pour le sevrage qui a été ouvert. Je suis convaincu que ces mesures, en collaboration avec mes homologues provinciaux et territoriaux, permettront d’atteindre les objectifs fixés. »

Défendez les sachets de nicotine ZONNIC

Les législateurs doivent comprendre ce qu’ils réglementent. Écrivez au ministre de la Santé, M. Holland, et faites-lui part de votre opinion dès aujourd’hui.